Vestiges de l'Abbaye St-Winoc

La Tour carrée et la Tour pointue, vestiges de l’Abbaye Saint-Winoc

Saint-Winoc s’étant rendu à Bergues, durant sa mission d’évangélisation de la région, les Comtes de Flandre, à partir de 1022, bâtirent une abbaye bénédictine sur le lieu du passage du saint, avec mission de garder ses reliques précieuses et de promouvoir son culte.

L’Abbaye est construite sur le « Groenberg » (ou mont vert), colline de 22 mètres d’altitude dont elle occupe tout le sommet. Ce Groenberg reste pendant près de huit cents ans, la propriété de la communauté religieuse.

Elle se caractérise par la présence de deux tours :

  • La Tour Carrée, bâtie à la croisée du transept de l’ancienne abbaye, est aujourd’hui la plus vieille construction de la ville qui subsiste.
  • Et la Tour Pointue, située à l’entrée de l’abbaye.

La nef s’étend à l’ouest sur sept travées jusqu’à une seconde tour ; le chœur, quant à lui, s’étend sur 30 mètres à l’est de la tour carrée. La nef et le transept de l’église sont de style roman, tandis que le chœur, entièrement refait dans les années 1290, est gothique. L’Abbaye Saint-Winoc est le premier bâtiment gothique de la région. Elle a beaucoup souffert au fil des siècles : les guerres et les incendies l’ont abattue plus d’une fois. Elle a brûlé en 1083 et 1123 ; en 1566 les gueux l’ont saccagée…

A l’aurore de la révolution, l’Abbaye Saint-Winoc est rayonnante et prospère. Les 25 moines qui y résident, jouissent de l’estime général de la population. Ils ont su maintenir l’observation stricte des règles de Saint-Benoit. Porte d’entrée du Champs de mars, devenu aujourd’hui jardin public, la Porte de Marbre est à l’origine le portail d’entrée de la cour du palais abbatial. Lors de la Révolution Française, la colline devient un champ de manœuvre pour les troupes et les moines en sont chassés.

info-tour-carree-tour-pointue.jpg

L'anecdote

De la riche bibliothèque de 60 000 volumes, beaucoup ont été perdus. Les plus beaux ouvrages ont été réservés pour les bibliothèques communales de Bergues, de Dunkerque, de Bourbourg et Gravelines.

Les tableaux ont été dispersés dans les musées et les églises voisines, mais beaucoup d’œuvres d’art ont disparu… et quelques années ont suffi pour ruiner l’œuvre de huit siècles !

Seules les Tours Carrée et Pointue ont survécu à la destruction de l’abbaye Saint-Winoc, en leur qualité d’amer pour la navigation. Les navires entrant dans le chenal de Dunkerque prenaient une direction sûre en se guidant sur les deux tours de Bergues.

En 1812, la Tour Pointue s’est effondrée, faute de soutien, et le Ministère de la marine l’a fait reconstruire. La ville a acheté le site, au début du 20ème siècle, pour en faire un jardin public.

  • Siège social
  • Office de tourisme des Hauts de Flandre

    468 route de la Couronne de Bierne 59380 BERGUES